JANVIER!

EN

Les post-it s’empilent et les cases se noircissent à toute vitesse à travers les pages de nos nouveaux agendas. Et alors que la même musique de Patrick Watson traverse chaque jour le plafond de l’atelier, des tables de nuit promises depuis longtemps prennent vie sur l’établi. En attendant, le bois s’accumule contre les murs froids de la cave, les projets se bousculent et nos cerveaux surexcités ont peine à suivre ce qui se passe.

À travers les cours de tissage du samedi matin, les cafés arrachés au service-à-l’auto, l’anticipation d’une migration vers un grand atelier tout blanc, les lectures doctorales d’Ariane O.P. et la présence de plus en plus manifeste d’un petit être dans mon corps, le rythme hyperactif des jours semble vouloir nous tirer de toutes ses forces vers le printemps, vers l’immense foire One of a Kind, l’assemblage d’un tout petit lit et des présentations très sérieuses d’avancement de thèse.

Tout cela est tellement fou, mais tellement grisant en même temps.
Alors on met de l’eau à bouillir et on se dit qu’au fond, tout va bien.

Ariane M-L

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *